Bonjour !

Bienvenu·e sur Point milieu, un centre de ressources gratuit dédié à l'écriture inclusive.

Actualités, argumentaire, informations pratiques, le blog Point milieu constitue un centre de ressources dédié à l’écriture inclusive et à la progression de cette pratique au sein de notre société.

Lettre ouverte à Brigitte Macron - Charte de transparence : et si on essayait l’écriture inclusive ?

Lettre ouverte à Brigitte Macron - Charte de transparence : et si on essayait l’écriture inclusive ?

Lettre ouverte à madame Brigitte Macron, conjointe du Chef de l’État

Madame la conjointe du Chef de l’État,

Je vous écris en réaction à la publication de la « Charte de transparence relative au statut du conjoint du Chef de l’État » qui vient d’être rendue publique.

« Conjoint », « Chef de l’État », « Français », « Président » : convaincu de la grande attention portée au choix de chacun des mots qui le compose, je regrette que le recours au masculin générique ait été privilégié pour rédiger la majeure partie de ce texte.

En effet, mobiliser le masculin générique dans ce cadre précis relève d’une aberration symbolique.  Cela entretient l’idée que l’usage du masculin constituerait le passage obligé de toute démarche d’institutionnalisation, qu’il faudrait en quelque sorte masculiniser une fonction pour la légitimer. Cela mésestime également le caractère farouchement phallocentrique de la langue française. « Le masculin l’emporte sur le féminin dans les accords en genre », « le masculin vaut neutre » : comme l’a superbement rappelé Eliane Viennot dans un ouvrage récent, depuis le XVIIe siècle, on a relégué le féminin dans notre langue pour reléguer les femmes dans notre société.

Dans un contexte où les inégalités entre les femmes et les hommes se maintiennent en France à un niveau important – songeons par exemple que la dernière enquête INSEE (2017) relève des inégalités salariales entre les femmes et les hommes de 23 % —, il est essentiel de briser l’idée que l’espace public ne s’investirait qu’au masculin. C’est notamment le sens du Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe édité par le Haut Conseil à l’Égalité.

Il existe en effet une manière d’éviter de tomber dans le piège de l’assignation genrée d’une position aussi importante que celle que vous occupez désormais. Cela consiste à recourir à l’écriture inclusive.
L’écriture inclusive désigne l’ensemble des attentions graphiques et syntaxiques permettant d’assurer une égale représentation du féminin et du masculin dans nos manières d’écrire. Le Président de la République y semble d’ailleurs particulièrement attentif, comme le montre son usage quasi-systématique de la double flexion dans ses allocutions : « les Français et les Françaises », « chacun et chacune », « celles et ceux », etc.

Je joins à cette lettre une version remaniée en écriture inclusive de la Charte de transparence. Celle-ci mobilise trois conventions d’écriture pour cesser d’invisibiliser les femmes dans nos manières d’écrire et par là, dans notre société. L’écriture inclusive a déjà été utilisée dans le cadre de textes parus au Journal Officiel ou dans des amendements parlementaires.

Le langage étant ce par quoi les mentalités se structurent, l’écriture inclusive constitue un levier puissant pour faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes. En ce sens, en faire usage dans le texte régissant ce statut constituerait une réelle avancée et un puissant signal.

Je vous prie d’agréer, madame la conjointe du Chef de l’État, mes salutations respectueuses.

 

Raphaël Haddad

Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, Fondateur et directeur associé de l’agence de communication Mots-Clés

 

Les trois conventions d’écriture inclusive mobilisées pour remanier la Charte de transparence :

1.       Accorder en genre les noms de fonctions, grades, métiers et titres.

2.       User du féminin et du masculin, que ce soit par l’énumération par ordre alphabétique, l’usage d’un point milieu et le recours aux termes épicènes.

3.       Cesser d’avoir recours aux antonomases du nom commun « Femmes » et « Hommes ».

Télécharger gratuitement le Manuel d’écriture inclusive

 

 

Charte de transparence relative au statut du conjoint ou de la conjointe présidentiel·le

Le conjoint présidentiel ou la conjointe présidentielle exerce, en vertu tant de la tradition républicaine que de la pratique diplomatique, un rôle de représentation, de patronage et d’accompagnement du ou de la  Chef·fe de l’État dans ses missions.

Aucun texte juridique ne codifie ce rôle. Dans une préoccupation de transparence démocratique, la présente Charte a toutefois vocation, pour la première fois, à clarifier et à rendre publics tant la mission du·de la conjoint·e présidentiel·le que les moyens qui lui sont alloués pour la remplir.

1. Le rôle public et les missions du·de la conjoint·e présidentiel·le

Le·La conjoint·e du Président ou de la Présidente de la République :

- assure la représentation de la France, aux côtés du·de la Président·e de la République, lors des sommets et réunions internationales :

Officiellement invitée par les organisateur·rice·s de ces sommets ou réunions internationales, comme tou·te·s les conjoint·e·s de chef·fe·s d’État ou de chef·fe·s de gouvernement, Madame Brigitte Macron accompagne son époux. Elle dispose d’un programme officiel propre aux conjoint·e·s.

Elle peut également prendre part à des actions nationales et internationales, mises en place avec d’autres conjoint·e·s de Chef·fe·s d’État, notamment pour lutter contre le changement climatique ou encore les violences faites aux femmes et aux enfants.

- répond aux sollicitations des Français et des Françaises et des personnalités françaises et étrangères qui souhaitent la ou le rencontrer :

L’épouse ou l’époux du·de la Chef·fe de l’État reçoit chaque jour plus d’une centaine de courriers, auxquels s’ajoutent les courriels et les appels téléphoniques qui lui sont directement adressés. Elle ou il répond à l’ensemble de ces sollicitations, soit par courriers, soit par des rencontres.

- supervise la tenue des manifestations et réceptions officielles au sein du Palais de l’Élysée.

- soutient, par son parrainage ou sa présence, des manifestations à caractère caritatif, culturel ou social ou qui participent au rayonnement international de la France :

Dans la ligne des priorités fixées par le Président de la République pour son quinquennat, Madame Brigitte Macron sera également chargée de maintenir un lien continu d’écoute et de relations avec les acteurs et actrices de la société civile dans les domaines du handicap, de l’éducation, de la santé, de la culture, de la protection de l’enfance ou encore de l’égalité femmes · hommes.

À ce titre, elle est amenée à soutenir les initiatives publiques ou privées qui permettent à la société française d’être plus inclusive face aux différences.

Le Président ou la Présidente de la République pourra en outre charger son conjoint ou sa conjointe de missions particulières de réflexion et de propositions en lien avec le rôle décrit ci-dessus. Ces missions seront rendues publiques sur le site Internet de la Présidence de la République.

2. Les moyens alloués au·à la conjoint·e présidentiel·le

L’épouse ou l’époux du·de la Chef·fe de l’État ne bénéficie d’aucune rémunération à ce titre.

Elle·Il ne dispose pas de frais de représentation.

Elle·Il ne dispose d’aucun budget propre.

Pour exercer ses missions, elle ou il peut s’appuyer sur le cabinet du Président ou de la Présidente de la République.

Deux conseillers ou conseillères du·de la Président·e de la République sont spécifiquement mis·es à sa disposition :

·         Un·e conseiller·ère spécial·e qui assure la fonction de directeur·rice du cabinet de Brigitte Macron ;

·         Un·e conseiller·ère qui exerce la fonction de chef·fe de cabinet.

 Un secrétariat est également mis à sa disposition. Sa protection est assurée par le Groupement de sécurité de la Présidence de la République.

Les moyens financiers nécessaires à l’exercice de cette fonction figurent dans le budget de la Présidence. Les coûts de fonctionnement associés au·à la conjoint·e présidentiel·le feront l’objet d’une présentation transparente dans la comptabilité analytique de l’Élysée, soumise au contrôle de la Cour des Comptes qui en rendra compte publiquement par un rapport spécifique.

3. La communication

La présente Charte sera publiée sur le site Internet de la Présidence de la République.

À la fin de chaque mois, un récapitulatif de l’agenda de Madame Brigitte Macron sera rendu public.

Elle effectuera régulièrement un bilan de ses actions.

 

Source du texte initial : http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/charte-de-transparence-relative-au-statut-du-conjoint-du-chef-de-l-etat/

Critique de l’écriture inclusive : trois éléments de réponse

Critique de l’écriture inclusive : trois éléments de réponse

Féminisation du langage et écriture inclusive : une BD pour comprendre.

Féminisation du langage et écriture inclusive : une BD pour comprendre.